Femmes de Marganta : de l’orpaillage au maraichage florissant !

Les femmes du village relocalisé de Marganta mènent depuis 2011 un projet de développement de la culture maraîchère géré par 80 exploitantes de ce petit village composé de près de 500 âmes. Marganta, situé à 5 kms à l’ouest de la mine d’or relève administrativement d’Essakane village. Le projet maraicher financé par IAMGOLD Essakane SA a permis de développer l’esprit d’initiative des femmes qui par le passé s’investissaient dans l’orpaillage, l’objectif étant et de les appuyer dans la reconversion vers une activité plus saine et génératrice de revenus tout en  contribuant à améliorer l’état nutritionnel des familles du village.

Marganta est une zone d’élevage ou le bétail vit en grande partie en liberté. Il était donc nécessaire de protéger les cultures maraîchères dès le départ avec une clôture en grillage autour des 2,38 ha exploités. Les parcelles du jardin ont par la suite  été aménagées et pour l’amélioration des cultures, les femmes ont reçu des formations sur les techniques de production maraichère (confections de planches maraîchères, de semis et d’organisation d’une pépinière maraîchère communautaire) et de gestion. Elles  ont aussi été équipées en matériel, en semences et en intrants agricoles.

L’activité maraîchère a continué à se développer et à se pratiquer dans de meilleures conditions. Le jardin dispose aujourd’hui d’un forage alimenté par l’énergie solaire fournie par des plaques photovoltaïques ; deux  châteaux  et 10 bassins garantissent  l’accès à l’eau toute l’année. Dans cette région où les pluies sont rares et irrégulières (500mm en moyenne), les sécheresses récurrentes entraînent une baisse considérable de la production.  Les femmes commencent à se plaindre des corvées d’arrosage journalières avec des consommations  excessives d’eau, la denrée rare au sahel. Pour faire des économies d’eau, IAMGOLD Essakane va succomber en début d’année 2013 à l’arrosage au ‘’goutte à goutte’’ qui n’est autre qu’une micro irrigation utilisée en zone aride. Par un système de tuyaux, l’eau s’égoutte lentement vers les racines des plantes. De plus, durant l’absence des femmes, le programmateur d’arrosage s’occupe de tout.

‘’Goutte à goutte’’

La  technologie ‘’goutte à goutte’’ est mise en œuvre avec le partenariat de l’ONG IDE. Le partenariat avec une autre ONG locale UFC a permis aux maraîchères de s’approprier les outils de gestion nécessaires au bon fonctionnement de leur organisation. Ces deux ONG ont dépêché des animateurs  compétents et engagés pour conseiller les femmes techniquement dans la culture des légumes et dans l’organisation de leur association. Les exploitantes constituent un capital, qui est géré par un comité responsable et choisi d’elles-mêmes

L’activité de maraichage à Marganta est en pleine expansion. Leur jardin potager prospère en toute saison des concombres, des tomates, des aubergines, des oignons, des carottes, des oignons, des courgettes, du piment mais aussi des laitues, de la pomme de terre, de la patate douce…

Pour les femmes de Marganta, le bonheur est dans le périmètre maraîcher et non plus dans la poussière et les dangereux trous d’orpaillage. Rapidement baptisés le “jardin des femmes de Marganta”,  ce périmètre maraîcher est  devenu un lieu de rencontres et d’échange quotidien pour les femmes du village.